Membres

vendredi 18 août 2017

De l'Effort et de la Grâce

Amen en syriaque

Le comble et le paradoxe du cheminement spirituel, c'est de pratiquer l'impraticable : l'abandon. La plupart d'entre nous arrivons avec une demande, celle d'être heureux, ou plutôt : je veux être heureux, constatant notre incapacité à l'être; et nous allons passer un certain temps à renforcer ce "je" alors que c'est lui le problème. Le "je" ne peut que vouloir, que ce soit des choses matérielles, ou des choses subtiles comme la libération, l'éveil. On va lui dire : pratique, médite, discipline ta vie, fais des efforts, mets le paquet... En même temps l'ego ne peut être libre, tous les textes le disent, comme les mots soumission (signification du terme islam), amen (ainsi soit-il), abandon, lâcher prise, mourir à soi-même... Il est fait état d'un lieu où l'ego n'a plus sa place C'est comme vouloir sa propre disparition, cela semble impossible, peine perdue. Ainsi vouloir devenir le meilleur disciple possible est bien le comble! D'un côté les efforts pour croître spirituellement, de l'autre oser l'abandon...
Certains sont fiers de leurs efforts, ce qui renforce leur ego, d'autres culpabilisent de ne pas faire assez d'effort. Tous les schémas sont possibles. 
Quand ça lâche, quand on est porté, inspiré, on parle alors de grâce. Qu'est-ce que la grâce? Pour moi, cela définit un aspect impersonnel qui ne dépend pas de nous. Cela advient, cela ne se décide pas. C'est un mystère qui nous dépasse, comme la vie elle même. Mais qu'est-ce qui peut lâcher sinon ce qui voulait, ce qui faisait un effort? Ce n'est pas en se laissant aller dans la nonchalance totale que ça va lâcher.
Dans son livre "L'Effort et la Grâce" Yvan Amar cite Poonjaji : "La grâce n'est pas le résultat de l'effort, elle est la nature même de l'effort qui veut s'en saisir."
Reste l'effort conscient, sans demande, pour arriver un jour, Inch'Allah, à l'état sans effort...

jeudi 17 août 2017

mercredi 16 août 2017

mardi 15 août 2017

Tourisme


Le tourisme est le moyen qui consiste à amener des gens 
qui seraient mieux chez eux 
dans des endroits qui seraient mieux sans eux.

Philippe Meyer


mardi 8 août 2017

Bonnes vacances

sculpture à Rosas